Les artistes

(Les artistes qui souhaitent figurer dans cette page peuvent prendre contact avec la mairie)

RENCONTRE AVEC …

Monsieur Yves MAIROT

Plusieurs élus de Saint Martin Bellevue ont été chaleureusement reçus en octobre par M. Yves Mairot et sa femme, Mme Danièle Mairot. Cet artiste-peintre, né en 1924 en Haute Savoie, s’est installé dans notre commune en 1986, après avoir quitté Paris où il a longtemps résidé, étudié et travaillé, notamment en enseignant la sémiologie de l’art. Il a fait construire sa maison à Saint Martin dès 1970, en séjournant ici régulièrement avant l’installation définitive, et ce cadre calme, au contact de la nature, loin de la frénésie de Paris, s’est révélé propice à l’expression de son art – cet art de « peintre philosophe », comme l’a défini Claude Canova.

Témoin son atelier passionnant et foisonnant, riche de plusieurs séries de tableaux, qui correspondent à des périodes différentes dans cette recherche artistique infinie. De grandes toiles, très colorées, telle « A flanc de colline », évoquant des paysages multidimensionnels, côtoient des œuvres plus narratives, reflétant l’actualité dans une optique presque contestataire, comme le tableau « Actualité en lambeaux ». D’autres œuvres s’inspirent d’aphorismes et de proverbes connus et moins connus (« Chaque âge a son temps », « La roue tourne »,…). Plusieurs tableaux enfin (« Nébuleuses »,…) s’inscrivent dans une réflexion sur le temps qui passe, la succession des saisons et leur empreinte sur la Nature. Les œuvres réalisées avant 2000, plutôt monochromes, laissent ensuite place à une explosion de couleurs et de formes : l’espace vide, le creux n’existent pas chez Yves Mairot, ses toiles exprimant un foisonnement de plages écrites, remplies de signes graphiques propres au peintre, se rapprochant de la stylisation de l’écriture cunéiforme. Ces signes abstraits, il les trace à l’aide souvent d’un petit bout de bois taillé par ses soins, unissant ainsi la matière, la nature et quelque chose de l’ordre de l’interrogation sur l’Etre. Ce sont ces signes qui donnent une vraie valeur tactile aux toiles, en apparaissant comme des cicatrices graphiques, les traces de la matière et du temps, donnant la mesure d’un monde complexe et enchevêtré de sens.

Les conseillers municipaux présents ont eu un vrai coup de cœur pour une série de portraits frappants, à l’imagerie brute et audacieuse, présentant des corps à la distorsion très graphique qui évoquent à la fois Francis Bacon et la phrase de Sartre : « l’Art déréalise son objet ». Cette série sera très prochainement exposée dans le hall de la mairie, ce dont nous sommes très honorés.
Concernant les autres œuvres offertes par Monsieur Mairot à la commune, nous devrons patienter jusqu’à la fin des travaux du groupe scolaire (le projet débutera l’an prochain) pour les voir exposées à l’intérieur même de la nouvelle école : les enfants auront ainsi la chance de côtoyer au quotidien ces toiles où la matière dense se fait mouvement, où le travail du pigment très coloré fait surgir l’être physique du tableau. Cette expérience sensible, qui pourra être proposée lors d’occasions diverses à un public élargi, au-delà de la communauté scolaire, sera une occasion pédagogique de cheminer dans l’apprentissage de l’Art, et ainsi un moyen de prendre conscience d’une réalité autre, faite d’émotions et de réflexion.

« Un tableau est plein d’embûches :
on y entre comme dans une forêt hérissée
de broussailles, un désert aveuglant,
une zone incertaine et hostile.
Il faut s’y tailler un chemin,
s’aventurer parfois
hors des voies balisées,
se perdre au creux des grottes
ou des tanières.
Suivre la lumière du peintre
pour conquérir un nouveau monde. »

Yves Mairot, « Territoires à peindre »

Site internet : www.mairot-net.fr